15 - 12 - 2017

Suis-je dépendant ?


Pour le savoir, un simple test suffit : rester une semaine sans prendre de boissons alcoolisées.

Si vous ressentez un de ces symptômes, c’est que vous êtes dépendant

  • Tremblements au lever
  • Maux de tête
  • Forte envie de boire une boisson alcoolisée
  • Vous n’avez pas pu tenir la semaine
  • Enervement inhabituel
  • Sensation de manque
  • Vous ne trouver plus votre sommeil
  • Vous faites des cauchemars
  • Vous ne vous sentez pas dans votre état normal (cette liste n’est pas exhaustive).

Dans ce cas passez directement au point 5

Pour information, voici différents comportements vis-à-vis de l’alcool :

1 – vous n’avez jamais pris de boissons alcoolisées, donc pas de soucis de santé sachant que ce qui est bon pour le cœur ou la circulation sanguine, c’es le tanin et non l’alcool.

2 – il vous arrive de boire à l’occasion de grandes fêtes. Il n’y a aucun problème mais si vous conduisez, le risque d’accident est plus important que pour un buveur régulier.

3 – vous buvez régulièrement deux ou trois verres de boissons alcoolisées par jour. Là non plus, il n’y a pas de problème sauf pour conduire.

4 – vous buvez plus de 3 verres par jour, vous êtes un buveur excessif. Les risques sont importants tant sur le plan physique que sur le plan neurologique voir psychique. Sur la route, vous êtes dangereux car vous n’avez pas éliminé l’alcool (il faut une heure pour éliminer l’alcool contenu dans un verre de vin) que vous avez déjà repris un verre.

De plus, sans vous en apercevoir, vous allez boire de plus en plus et finalement, devenir dépendant.

5 – vous êtes dépendant, donc malade alcoolique. Pour guérir de cette maladie, il n’y a qu’une seule solution : ne plus boire de boissons alcoolisées, ce qui n’est pas évident.

Par expérience, sachez qu’on ne peut pas, dans cette situation, gérer son alcool. Vous allez vous enfoncer de plus en plus, devenir violent ou dormir, ne plus être maitre de vos paroles ou de vos gestes sans compter les dégâts sur votre santé et le mal que vous faites à votre entourage.

La première chose indispensable, c’est vouloir s’en sortir. Vous êtes dans un cercle vicieux car vous allez devenir très vite dépressif (si vous ne l’êtes pas déjà) et pour oublier la dépression, vous buvez.

Puis, il vous faut consulter un alcoologue qui vous hospitalisera pour 5 à 10 jours afin de faire un sevrage. Ensuite, il vous faudra un suivi médical et/ou psychologique.

Si vous parlez à votre entourage de votre volonté de ne plus boire, il pourra vous aider.

Il est recommandé pour ne pas dire indispensable, d’aller dans une association d’anciens buveurs et d’aller à leurs réunions. Ces associations sont nombreuses et il vous faudra trouver celle qui correspond le mieux à votre personnalité. L’essentiel, c’est de mettre tous les atouts de votre côté.

Il s’agit pour vous de retrouver votre dignité votre fierté ainsi que votre joie de vivre.

Contrairement à ce qu’on dit ; on peut faire la fête sans alcool et vous n’aurez plus peur de l’éthylomètre.

Ce ne sera pas facile mais c’est possible car ils sont nombreux ceux qui s’en sorte.